Le blog d'Harmonie Nature et BioDrive.fr


Logos Harmonie Nature et BioDrive

Le pollen : un des trésors de la ruche !

posté le mardi 20 septembre 2011
par , dans C’est la saison de…

Déjà l’automne ! L’été et ses bienfaits se sont envolés? Pas question de se sentir raplapla dès les premières feuilles tombées, les abeilles ont tout prévu! Au programme : propolis, gelée royale, miel mais aussi pollens congelés. De quoi se ressourcer et faire le plein de vitalité à l’approche de l’hiver. Conseils pour se préparer une fin d’année pétillante!

 

Les Pollens congelés, des compléments vitalité pour tous.

Les pollens récoltés par les abeilles sont dotés de substances antioxydantes pour les protéger dans leur mission pollinisatrice essentielle à la biodiversité. Aliment protéiné de la ruche, il contient tous les acides aminés essentiels. Il est naturellement riche en vitamines du groupe B, en fibres solubles et insolubles.
L’abeille l’a enrobé de précieux ferments lactiques élevés sur le nectar à l’intérieur de la ruche. Chaque origine florale lui confère en plus des atouts nutritionnels spécifiques. Ce complexe nutrivitalité dynamise et renforce l’organisme.

Chaque matin au petit déjeuner, avec une cuillérée à soupe de nos pollens, tordez le coup à la fatigue.


Le pollen de Ciste pour se mettre en mode “Punchy”

Son action protectrice et régénérante de la flore intestinale va booster l’organisme et renforcer les défenses naturelles. C’est une mine de nutriments dynamisants.

Le pollen de Châtaignier  pour retrouver le sourire

Pour prendre la vie du bon côté, adopter le pollen de châtaignier. Il contient à la fois du trytophane et de la vitamine B6 qui permettent la synthèse de la sérotonine, l’atout bonne humeur de l’organisme.

Le pollen de Bruyère chasse les toxines

Il contient des minéraux “alcanilisants” autrement dit il vient contrebalancer les aliments industriels dont ont abuse et qui fatiguent notre organisme.


13ème édition des portes ouvertes de la Bio en Nord Pas de Calais

posté le lundi 19 septembre 2011
par , dans Les infos magasin, Ça bouge dans la bio, C’est la saison de…

Cette année, l’association A PRO BIO renouvelle son opération “Portes Ouvertes de la Bio” dont ce sera la 13e édition, le samedi 24 et dimanche 25 septembre 2011. Agriculteurs, apiculteurs, éleveurs, transformateurs, commerçants, cuisiniers, associations et tant d’autres participent à l’opération.

Chez Harmonie Nature cela se déroulera ce vendredi 23 et ce samedi 24 septembre… Nous vous attendons nombreux pour découvrir les produits régionaux et nos mises en avant…

Lire le reste de cet article »


Le Potimarron bio

posté le lundi 5 septembre 2011
par , dans C’est la saison de…

Ce beau légume en forme de grosse figue a voyagé avant de devenir l’un des légumes vedettes de la cuisine bio !

Des Andes au Japon, à l’époque de Christophe Colomb, ses graines ont ensuite été introduites en Europe dans les années 50 et adoptées dans le réseau de l’Agriculture Biologique.

Le potimarron fait partie de la famille des Cucurbita maxima : le potimarron red kury est aussi appelé potiron de Hokkaïdo ( du nom d’une île du Japon ).

Récolté en fin d’été, le potimarron se conserve très bien plusieurs mois.  Au fil du temps, sa peau se renforce et devient dure comme une écorce. Malgré son apparence, la peau du potimarron devient tendre après cuisson, vous pouvez donc, en général éviter la phase d’épluchage, sauf en fin d’hiver. Pour une question pratique, vous pouvez aussi le cuire à la vapeur, coupé en deux (en ayant ôté les graines), de façon à recueillir ensuite sa pulpe à la cuillère.

On le prépare en purée, en flans ( aux œufs ou à l’agar-agar), en gratin, en soupe… Il adoucit et donne une agréable texture à un coulis de tomate.

Râpé cru, comme la carotte, c’est une bonne crudité de saison, source de bêtacarotène comme tous les végétaux de couleur orange. L’idéal est de le mélanger avec de la carotte râpée et de préparer une sauce bien relevée à base de tamari.

Il fait partie de la famille des courges tandis que son goût rappelle celui de la châtaigne. Entre le potiron et le marron, il y a le potimarron ! Une saveur absolument délicieuse qui fait également merveille dans les desserts. Goûtez-le en purée parfumée au zeste d’orange, nappé de chocolat ou en compote mêlée à la pomme ou râpé dans un gâteau.


La cure de raisins bio

posté le lundi 5 septembre 2011
par , dans C’est la saison de…

Comment une cure automnale de 3 à 10 jours de raisins bio peut se révéler bénéfique pour notre état général ?

La teneur élevée de ses sucres très facilement assimilables place ce fruit délicieux au stade de l’aliment énergétique par excellence. En effet, les sucres du raisin, glucose et lévulose, sont les substances dynamogènes des muscles. En conséquence, le raisin contribue aussi à la tonicité du muscle cardiaque.

Il possède également des propriétés laxatives, diurétiques.

Il stimule les fonctions hépatique, lutte contre l’acide urique, et par la même contre les crises de gouttes, et soulage les hémorroïdes.
Il nettoie l’organisme des métaux lourds, soulage les douleurs rhumatismales et serait recommandé contre certaines formes de tuberculose.
Il lave les reins et facilite l’élimination des toxines de l’organisme.
Il combat remarquablement les œdèmes.
Sa biochimie alcaline rééquilibre le PH sanguin.
De part sa teneur élevée en sels minéraux, il lutte contre la fatigue et le stress en augmentant notre résistance à la fatigue physique et nerveuse.
Il lutte contre l’hypertension, inhibe les fermentations intestinales, contribue au rajeunissement de la peau….

Sa composition se rapproche du lait de la femme. Toutefois, il ne peut pas se substituer au lait maternel : le bébé souffrirait de carences.

Enfin, il serait anti-cancérigène comme de nombreux autres fruits et légumes, grâce à ses propriétés antioxydantes.

Conduite de la cure

Pendant les deux jours qui précèdent la cure de raisins, manger uniquement des fruits et légumes crus et cuits.

Choisir des raisins mûris au soleil, qui seront gorgés de vitamines, de sels minéraux, d’oligoéléments et garantis de culture biologique pour éviter tous les produits chimique de traitement dangereux pour la santé.

La quantité journalière variera de 2 à 3 kg.

Les personnes sujette à la constipation devront remplacer en partie le fruit entier par du jus de raisin bio, afin d’éviter un excès de tanin pouvant provoquer, chez elles, une forme de constipation. Toujours pour éviter ce problème, on peut encore recracher peau et pépins après les avoir mastiqués très longuement. Bien entendu, si on ne souffre pas de ce désagrément, il vaut mieux manger le fruit entier. .

La durée de la cure s’étendra de 3 à 10 jours en moyenne.

Manger uniquement des fruits et légumes crus et cuits les deux jours suivants la cure, puis inclure progressivement d’abord les céréales complètes ou semi-complètes sans gluten : quinoa, riz semi-complet, millet, amarante… puis les protéines animales : œufs, poissons…

Contre-indications : femmes enceintes ou allaitantes, diabète, problèmes intestinaux sévères, enfant, adolescent en pleine croissance…

La marche à pied complète bien cette cure.

Noter que la cure de raisin ne remplace pas les soins médicaux ; elle ne se substitue en aucune façon à la médecine officielle.

Quels raisins manger ?

Il est préférable d’utiliser la même variété de raisin le même jour, en changeant chaque jour de variété, afin de bénéficier des spécificités des diverses catégories. Les raisins très sucrés sont les plus nutritifs ; les plus acides sont les plus décrassant.


Le melon : le fruit de l’été

posté le mercredi 22 juin 2011
par , dans C’est la saison de…

Le melon est le fruit idéal de l’été. Il est à la fois rafraîchissant, peu calorique et fournit une quantité non négligeable de provitamine A, de vitamine C et de minéraux. Il a aussi l’avantage d’être consommé sous de multiples formes ce qui permet de l’inclure dans de nombreuses recettes froides ou chaudes  à l’apéritif, au repas ou en dessert…

Origine :

Les melons appartiennent à la même famille que les concombres et les courges. Ils proviendraaient d’Afrique centrale. A l’époque gréco-romaine, il était consommé comme l égume en raison de son goût insipide. C’est vers le xvéme siècle qu’après  différentes sélections que des variétés sucrées sont arrivées sur le marché.

Production bio :

Le melon est une culture délicate et peu facile. Elle demande en bio une bonne expérience et le respect de quelque s principe de bases : choisir des variétés adaptées au climat de la région et des expositions aux endroits les plus chauds et les plus ensolleillés. Les sols doivent être bien réchauffés avant la plantation et le PH doit se situer entre 6.5 et 7.5. L’irrigation doit se faire régulièrement mais sans excès, jusqu’au moment de la formation des fruits et de façon attentive pour éviter tout développement de champignon comme l’oïdium. Elle sera interrompue quelque jours avant la récolte. Enfin, une bonne maîtrise de la taille des feuilles même si celle-ci n’est pas obligatoire selon les variétés permet de faciliter l’entretien et d’augmenter les chances d’avoir des melons mûrs à point avant les gels d’automne.

Qualité nutritionnelle :

– Très riche en eau : près de 90%. Fruit très rafraîchissant.

–  Valeur énergétique moyenne : 48kcal soit 200kj aux 100g. Glucides constitués en majorité par du saccharose.

– Provitamines A : présence importante de carotène (ou provitamine A). Environ 2mg aux 100g pour les melons à chair orangée. 100g permettent de couvrir environ la moitié de l’apport quotidien conseillé.

– Bonne teneur en  vitamine C : 25 mg aux 100g (apport quotidien conseillé pour l’adulte : 80mg). Teneur supérieure à celle de la pomme, de la poire et de l’abricot.

– Bonne teneur en minéraux : le potassium domine avec un taux élevé de 300 mg aux 100g. Les oligo-éléments sont nombreux (fer, zinc, cuivre, manganèse, iode, bore, …)


Bien le choisir :

Le bon choix reste encore aléatoire : certains sont plus sucrés que d’autres. L’apparence du fruit n’est pas toujours un bon indice. Le poids est appremment un critère plus fiable. Plus il sera lourd, proportionnellement à sa taille, meilleur il sera. De plus, il devra être ferme. La craquelure à la base du pédoncule est signe d’une maturité optimale ainsi que l’odeur qu’il dégage. Si ce parfum est trop prononcé ( odeur d’éther ), il risque d’être top mûr.

Conservation :

Selon sa maturation, il est conseillé de le laisser 2 ou 3 jours à température ambiante.

– Réfrigérateur : s’il est bien mûr, maximum 2 ou 3 jours dans le bac à légume
Congélateur : congeler dans un sac hermétique après avoir coupé la chair en dés ou en boules.


Automne, nouvelle saison, nouvelles saveurs…

posté le mardi 5 octobre 2010
par , dans Les news Biodrive, C’est la saison de…


Chez Harmonie Nature et sur Biodrive.fr, nous mettons l’accent sur les produits saisonniers et essayons de promouvoir dans la mesure du possible  les circuits courts avec nos producteurs locaux. En effet, consommer local a plusieurs avantages :

–        des produits très frais, savoureux et saisonniers

–         importance de l’impact environnemental avec la réduction de la pollution engendrée par le transport des marchandises ;

–         cela permet de promouvoir l’agriculture biologique dans notre région qui reste l’une où le maillage des producteurs bio est le plus faible ;

–         action sociale au travers du lien entre producteur et distributeur ;

–         encourage le développement  économique local…

Lire le reste de cet article »



Rss
FaceBook


Le Blog Harmonie Nature

  • Qui sommes-nous ?
  • Contact
  • Mentions légales
  • Plan du site
  • Réalisation : Agence konfiture Agence de communication Konfiture
  • Propulsé par WordPress